Automne 2014 : Auteurs de A à Z

Enfant de papier

Je me souviens de mes pieds qui battaient l’air. Assise à mon bureau, je ne touchais plus terre, au sens propre comme au figuré. Je vivais dans un monde démesuré. Sans être solitaire, plutôt sociable et très vivante, je pouvais pourtant rester seule dans ma chambre la journée entière, déclinant toutes les propositions de jeu de mon petit frère. Le papier et les crayons étaient mes meilleurs alliés. Ils faisaient voler en éclats les murs de ma chambre, et m’ouvraient à un monde immense, sans limite ni entrave. La seule contemplation d'une feuille blanche m'offrait une vue imprenable sur l'Univers, rempli d'aventures extraordinaires, que je n'avais plus qu'à raconter. Dans ce que d'autres appellent le vide, je voyais, moi, l'essence même de la Vie. Dans l’inexistant, sommeillaient tous les possibles. À huit ans, concevoir l'existence comme une suite de pages blanches n’a rien d’angoissant, bien au contraire : le blanc est enthousiasmant, il ne demande qu’à être colorié.
Mon enfance de papier fut une merveilleuse époque. Pleine de promesses et d’envergure, nimbée de cet imaginaire qui fonderait, plus tard, l’intégralité de mon mode de fonctionnement : respirer par l’esprit. Absorber cérébralement l’air du temps et de la vie, les laisser oxygéner mes idées et mes pensées, puis souffler mon imagination sur les pages immaculées. Je ne comprenais pas, alors, ce que signifiait le mot « Inspiration ». Je la vivais sans me poser de questions... Je sais aujourd'hui qu'elle est le souffle qui sous-tend la création, et que, tout comme le vent, bien que personne ne sache d'où elle vient, bien que personne ne puisse confirmer ce qu'elle est exactement, elle existe et se meut. Elle nous caresse et nous traverse, elle emplit les poumons de notre âme... Invisible, omniprésente, vivifiante, elle est une sorte de magie, que nous rapportons de notre enfance et qui nous accompagne silencieusement.

L'enfant de papier a grandi, mais finalement rien n'a changé. L'étoffe dont on est fait, est une matière à mémoire de forme : elle se plie, se contorsionne sous les assauts de l'existence, mais ne se dénature jamais. Il m'est arrivé de lutter. Fatiguée d'être perpétuellement chiffonnée, j'ai voulu devenir autre chose : un roc impossible à friper ; un tronc qui ne s'envole pas au moindre coup de vent ; de l'eau, qui ne craint aucun déchirement. Mais on ne devient pas ce qu'on n'est pas. On ne peut qu'être un peu plus, ce que l'on est déjà.
Aujourd'hui, je me vois comme un cahier. Avec ses lignes passées, que je relis souvent pour mieux les dérouler. Avec ses feuillets encore vierges, qui m'incitent sans relâche à aller de l'avant. Avec ce blanc, incarnation parfaite de la puissance de l'instant, où tout peut être réinventé, réorienté, sous le pigment de ma plume et de ses grands glissés.  
Aujourd'hui, j'ai compris que la Vie n'est pas un livre que l'on lit, mais une histoire que l'on écrit. Chaque jour, à chaque instant, chacun dans son coin et tous ensemble en même temps. Le Monde entier n'est finalement qu'une œuvre de fiction, la plus grande de tous les temps. Mon état de papier est devenu une fierté : j'ai compris qui je suis et pour quoi je serai.

Stéphanie ATEN

А ПОСЛЕ ПОДИР ТОВА? - ET ENSUITE APRES ?

Първо:
чашата, в която пристига водата,
за да спасява живота,
е с дарвинов произход –
дава ритъм-взима мелодия,
а дъждът лее
храмови камбанки във водата.
И аз така мисля.

Второ:
акордирам сърцето на кирилица,
устата целува на латиница,
с грабеж се подсилвам-
ограбвам крадлите в затворите-
заради мъже са там, признаха ми.
И аз мисля така.

Трето:
той ми подари едно синапено зърно,
но ми изтегли земята из под тялото.
Да си отварям ли
още една цигулка „Давид Ойстрах”
или да потеглям направо
към пещерата на небето?
И аз мисля така.

                                                      Premièrement :
                                                      le verre dans lequel arrive l’eau
                                                      pour sauver la vie
                                                     est d’origine darwinienne –
                                                     donne un rythme – prend une mélodie,
                                                     la pluie verse
                                                     des clochettes sacrées dans l’eau.
                                                     Moi aussi je pense ainsi.

                                                     Deuxièmement :
                                                     j’accorde mon cœur à l’alphabet cyrillique,
                                                     ma bouche embrasse  l’alphabet latin,
                                                     je me renforce à l’aide d’un cambriolage –
                                                     je dépouille les voleuses dans les prisons
                                                     qui sont là-bas à cause des hommes
                                                     elles me l’ont avoué.
                                                     Moi aussi je pense ainsi.

                                                     Troisièmement :
                                                     il m’a offert un grain de sénevé
                                                     mais il a retiré la terre sous mes pieds.
                                                     Dois-je ouvrir
                                                     encore un violon « David Oïstrakh »
                                                     ou partir directement
                                                     vers la grotte du ciel ?
                                                     Moi aussi je pense ainsi.     



Четвърто:
с измамено менструално минало,
нелегално-коя съм-настояще
и трансцедентално бъдеще,
по намазания с луна път
ще се поискам ли някога обратно?
И аз мисля така.

***

Ножът казва:
не режете ръка на мъж-
децата му ще се родят
без една ръка.

Децата казват:
не бойте се, родители,
правим кръстен знак
с пръчици за хранене
в свят без съгласия.

Родителите казват:
еднаквостта на
оризовите хора
не е еднаквостта на
първите времена в зародишите.


                                                     Quatrièmement :
                                                     avec mon passé menstruel trompé
                                                     clandestinement – qui suis-je – au présent
                                                     et un futur transcendé,
                                                     sur le chemin tartiné de la lune
                                                     voudrais-je un jour de moi comme avant ?
                                                     Moi aussi je pense ainsi.

                                                     ***

                                                     Le couteau dit :
                                                     ne coupez pas le bras de l’homme –
                                                     ses enfants vont naître
                                                     manchots.

                                                     Les enfants disent :
                                                     n’ayez pas peur, papa maman,
                                                     nous faisons une croix
                                                     à l’aide de baguettes chinoises
                                                     dans un monde sans accords.

                                                     Les parents disent :
                                                     le fait que les gens de riz se ressemblent
                                                     ne veut pas dire
                                                     que les temps premiers dans les embryons
                                                     se ressemblent aussi.


Въздухът казва:
изравнена е волята между
бойния петел и бойния слон.

Бялото плъхче казва:
загребваме времената
и се обливаме с тях,
махнете имената на държавите.

Земята  казва:
не бойте се от бялото плъхче,
което  разтрива
с два пръста челото си,
а от кой създава меча
с осемте милиарда дръжки?

***

Аз съм
добрата cамосъздала се стопанка
на стоте зеници в двете очи,
на силите се  самозареждат в мен,
на мумиите се самоизтощават в мен
без електрическите  централи в Нил.

                                                     L’Air dit :
                                                     la volonté de coq de combat
                                                     est égale à celle
                                                     de l’éléphant de combat.

                                                     La souris blanche dit :
                                                     on racle les temps
                                                     et on s’en arrose,
                                                     ôtez les noms des pays.

                                                     La Terre dit :
                                                     n’ayez pas peur de la blanche souris
                                                     qui masse de deux doigts son front.
                                                     mais de celui qui fabrique le sabre
                                                     aux huit milliards poignées.

                                                     ***

                                                     Je suis
                                                     la bonne maîtresse de maison
                                                     qui gère les cent rétines dans les deux yeux,
                                                     qui gère les forces autorégénératives en moi,
                                                     qui gère les momies s’auto-épuisant en moi
                                                     sans les centrales électriques du Nil.


Аз съм
безпокойството на маймуната,
инфаркта на професора,
погребението на храмовите украшения.

Аз съм
щастливо обладаваното спокойствие
след пълния провал в живота.

Аз съм
триединната хармония
между кръвясалите ми бедра,
еднополовите деца
и последният етичен космос.
А после подир това ?

***
Човекът е беглец с лъжливи форми,
затова Пикасо го доизправя
и продава скъпо.
Последното подреждане на земята,
човеко животински,
последната хармония в оплоденото яйце.
Не пропусна живота - не пропускай и смъртта,
всичко за небето се прави на земята,
всичко за земята се прави на небето.
А после подир това?

                                                     Je suis
                                                     l’inquiétude du singe,
                                                     l’infarctus du professeur,
                                                     l’enterrement des bibelots templiers.

                                                     Je suis
                                                     la tranquillité comblée
                                                     après l’échec total de la vie.

                                                     Je suis
                                                     le triptyque de l’harmonie
                                                     entre mes cuisses ensanglantées,
                                                     les enfants unisexes
                                                     et le dernier cosmos éthique.
                                                     Et ensuite après ?

                                                     ***

                                                     L’humain est un fugitif aux formes trompeuses
                                                     voilà pourquoi Picasso le met debout
                                                     et le vend cher.
                                                     Voici le dernier rangement,
                                                     l’homme animalier,
                                                     la dernière harmonie dans l’œuf fécondé.
                                                     Tu n’as pas raté ta vie – ne rate pas ta mort non plus,
                                                     tout pour le ciel se fabrique sur terre,
                                                     tout pour la terre se fabrique au ciel.
                                                     Et ensuite après?

***
Скърбящият човек е човек без еволюция.
Рибешко око е Земята –
недостатъчно мъртво,
за да е изцяло живо,
фрагмент от безрадостно чувство
в повредена любов,
история с бактерии
и връхлитащи  желания,
свят с истини, изградени на половина,
като мостове, градени заедно
с пропастите и пътниците си,
които ще се хвърлят от него
в пристъп на култура.
Не пийте вода от планините с книги –
ще заболеете от евтаназия
както многоцветното бяло.
Безразличният човек е човек с еволюция.
А после подир това?

                                                     ***
                                                     L’homme chagriné est un homme sans avenir.
                                                     La Terre est un œil de poisson –
                                                     pas assez mort
                                                     pour qu’il soit totalement vivant
                                                     fragment d’un sentiment triste
                                                     dans un amour cassé,
                                                     histoire de bactéries
                                                     et de pulsions,
                                                     un monde aux demi-vérités
                                                     comme des ponts construits en même temps
                                                     que ses abîmes et ses passants
                                                     qui vont sauter à tout moment dans le vide
                                                     dans un accès de culture.
                                                     Ne buvez pas de l’eau des montagnes livresques –
                                                     vous tomberez malade d’euthanasie
                                                     comme un blanc bigarré.
                                                     L’homme indifférent est l’homme de l’avenir.
                                                     Et ensuite après?

***

В пристъп на многоцветното черно
не проклинай робството,
измислено от хората,
развържи мислите на алчния-
на робите и алчните дължим
световните музеи.
„Дайте ми пари, роби
и невредима любов между майка и дете
и ще спася цивилизацията,
само молитви се изграждат
с празни ръце”- казва Събуденият
и добавя:
„Върховете са ловни кучета,
сродени с извънземни,
извънземните  носят тук
гробовете си за поправка.”
А после подир това?

 

                                                     ***

                                                     Dans un accès du noir bigarré
                                                     ne maudis pas l’esclavage  
                                                     instauré par les hommes,
                                                     détache les pensées de l’avide d’argent –
                                                     nous devons nos musés mondiaux
                                                     aux esclaves et aux riches.
                                                     « Donnez-moi de l’argent, des esclaves
                                                     et un amour intact entre mère et enfant
                                                     et je vais sauver cette civilisation,
                                                     il n’y a que les prières
                                                     qui se font les mains vides » - dit l’Eveillé
                                                     Et il ajoute :
                                                     « Les sommets sont des chiens de chasse
                                                     apparentés aux extraterrestres,
                                                     qui laissent leurs tombes
                                                     ici au service après-vente. »
                                                     Et ensuite après ?

Кева  Апостолова - Kéva APOSTOLOVA
Traduit du bulgare par Anélia Véléva

Petites proses 1

Pour réchauffer tes froides soirées d’hiver, tu allumes ton feu. Le bois crépite joyeusement et crache des étincelles. Tu ris, tu te frottes les mains. Une flamme aussi danse dans ta mémoire, de brindilles que tu glanais le long des routes. Tu étais un enfant de la guerre (clac, clac, les semelles de bois sur la terre durcie de la route), un enfant de la guerre. Et tu menais la tienne contre la bêtise, l’envie et le mépris. Tu te rappelles et tu souris. L’as-tu gagnée, cette petite guerre contre les imbéciles de la terre ? Tu es assis dans ton fauteuil, tranquille, tu attises ton feu. Pour une fois, le temps daignerait-il s’arrêter, stagner un peu dans le brouillard qui tombe de tes yeux ?

***
Le regard, tu en es sûr, peut ouvrir l’horizon. Où donc es-tu ce soir ? Les rochers du bord du chemin te font signe de passer. Mémoire du temps. Quel est ce pays, que tu ne connais pas ? La route qui te guidait quitte enfin les arbres et prend sa liberté. Tu avances. Te voilà au seuil de la mémoire. Dans ta tête, les jours défilent et la lune évanouit les ombres. C’est, sur le journal, le récit arrêté du temps. Délaissés, les livres s’éloignent. Tu ne vois plus que leur dos sur les rayons de ta bibliothèque.  Attente. Le monde fait silence. Les heures, une à une, enténèbrent les eaux mortes de l’enfance dans le suaire bleuté d’une nuit de lune.

***
Une cloche a sonné. Les yeux s’éteignent, noyés dans l’ennui du petit village. Pourtant la page du jour est encore blanche, le chemin t’attendait dans l’or sanglant du crépuscule. Le vent fait choix de feuilles mortes pour apaiser ta faim d’automne. Alors… alors tu repousses loin derrière la haie ta fatigue de vivre. Tu repousses – le peux-tu vraiment ? – ce jour où le temps figera le sang dans tes veines, le temps du lierre ou de la vigne vierge en marée immobile sur le mur. Ce soir encore tu sauras partager la solitude des arbres dans la forêt voisine, écouter la nuit qui ramène, fidèle, les jours d’autrefois, et tamiser les mots qui jouent à la tempête de sable, espièglement, sur ton papier de lune.

Claude CAILLEAU

Petites proses 2

Tu parlais dans le soir, à l’heure où les cheminées veillent sur les bûches écroulées dans les cendres de la journée, le verre en main, la voix haute. Tu parlais pour un monde d’absents. Tous des ombres. Tous disparus. Morts. Oubliés (chienne de vie !) Et les autres, que tu n’as pas connus, n’ayant jamais croisé leur route, ou bien ayant regardé ailleurs alors qu’ils passaient tout près. Enfin… tu parlais, le verre en main, devant le feu mourant, délaissé, oublié lui aussi. Comme toi. Comme nous tous un jour. Plus tard. Très tard. Peut-être jamais ? Tu disais : moi qui vais mourir (la belle vérité !), moi qui vais mourir, dans un an, dans dix, quinze, cinquante ans… qui sait ? (et pourquoi pas ? On a vu mieux), tu disais : je m’en fous. Je m’en contrefous. Mais il y avait une fêlure dans ta voix, un petit tremblement, à peine une vibration, qui semblait vouloir se faire oublier. Tu disais : moi qui vais mourir, ce soir je vis. Je vis, putain de sort ! La dernière bûche, brûlée, noircie, racornie, sifflait doucement sa petite musique insistante. Et toi, muet soudain, interloqué, parce qu’il y avait de l’eau dans tes yeux.

***      
Tant que quelqu’un le soir, devant sa cheminée où le feu chantera plus fort que la peur et l’oubli, tant que quelqu’un aura une pensée troublée, tendre (pourquoi pas ?), émue (c’est ce qu’on dit de ce genre de pensées) pour l’ombre résignée que tu seras devenu, quelque part, ailleurs, nulle part peut-être, autre part en tout cas, même si c’est en poussière (l’ombre de ton ombre, comme dit un certain), tant que quelqu’un se souviendra, quelqu’un que tu auras tenu un jour dans tes bras pour lui montrer que tu l’aimais, tant que quelqu’un assis au coin de son feu avec dehors le froid, le vent, comme de ton temps (l’hiver pour les hommes et, dedans, le bonheur enroulé chaudement dans la pièce), tant que quelqu’un aura une pensée pour toi, même réduit en cendres, tu ne seras pas mort !

Claude CAILLEAU


C'est beau dans la tombe..

C’est beau dans la tombe,
Le calme absolu, le repos,
Ailleurs, je l’entends chanter, c’est beau,
Un chant doux, envoutant,
Cette voix, durera plus longtemps,
C’est blanc, ici,
Ce n’est plus noir ou gris,
"Continuez d’attendre" me dit une voix grave à côté
En dehors de cette absence, je l’entends encore chanter,
Je l’entends pleurer,
Sur moi.
C’est blanc ici,
Que dois-je faire ? Faut-il parler ?
Je dois peut-être écrire.
Sur soi,
Sur les autres, la vie, les choses,
Sur les mots peut être employés sans songer à leur importance
C’est sans doute ici, où tous recommencent,
Ou encore, c’est ici, où il faudrait savoir qui je suis ?
"Fermez vos yeux et continuez d’attendre" me dit une voix grave à côté
Entre le bruit sourd de ce vide et mes dernières prières, où sont mes rêves ?
Mes pensées mes souvenirs. Vers quel lieu mystérieux ont-ils disparu ?
Mes questions n’ont pas brisé le chant de l'inconnue,
Aux joues couvertes de larmes,
Et sa voix a pu atteindre dans ce cimetière les cœurs penseurs des âmes.
Ici,
Je tremble,
Ma langue claque,
J’ai peur, pour la première fois,
Mais pourquoi ? Ai-je perdu ma foi ?
Que dois-je faire ?
Faut-il que je me cherche,
Tout au fond,
Trouver ce point au milieu de ce vaste blanc,
 Je crie "Il y a quelqu'un ?"
"Silence, continuez d’attendre" me répond t'il
Ailleurs,
J’entends toujours la mélodie,
Elle fleurit ma tombe et part en disant,
"Repose en paix, tu avais une vie"


Khalid EL Morabethi, Maroc / Oujda

Poèmes du jour

en vos tenailles les heures se lissent
d’ennui
sur les surfaces mâchées
de ciels
ça casse et ça plaque
profond dans les herbes
où chasse
en souriant le peuple
hagard
contre les parois s’accrochent
loin des êtres
de rapides fantômes
qui jamais ne fendent l’air
sans un soupir
plus strident que le rêve
qui les a faits



bonté que m’as tu prise
un jour certain
filé de laine bleue
à donner aux chiens
et pourquoi vis tu
dans les coins noirs
des routes passées  
au gris
étrange carabosse
redoutée
qui saute au-dessus
des canopées

 
Sur l’arrête menteuse
gueuse voleuse
à croupetons ramassée
gare à la loi
la loi la loi
laloilaloilaloi

Sous tes jupes trottent
les rires des muses
qui jamais ne se taisent
tant pis tant pis tant pis tant pis
lallalalère

Dans la terre creuse
résonne le gong
qu’on voudrait
Palpitent les marbrures
garances
aïeaïeaïeaïe

Rien derrière la porte
à serrures bouclées
d’absolus serments

Annick MANBON-LESIMPLE

Souvenirs anciens

Dans les familles des maisons
et sous l’herbe des champs
ayant choisi un instant
pour dessiner petit
tête à l’envers tête à l’endroit
tête qui s’envole
par-dessus les toits

Sur l’oiseau et dans son aile
parti on ne sait où
on ne sait quand
sur un air de barcarolle
et l’horloge qui tique
pas d’oubli sur le doigt
c’est la fête des rives
et leurs poussières d’été

Belle compagnie que celles
des merles ça sent la menthe
 le thym
et les souvenirs anciens

Annick MANBON-LESIMPLE

MOI

Un corps
que je nourris
pour ne pas dépérir
que je vêts
pour ne pas être nue
que je meus
pour aller au travail
mes diverses activités
voir la famille
des amies

des étrangers

Je vois globalement

En général m’échappent les détails
épaisseur couleur des yeux
ou des cheveux
façon de s’habiller

Mais je note un parfum
le parallélisme des pieds
un vêtement soudain
une silhouette
les couleurs du marché
l’ombre des ruelles
l’eau brillant sur le bitume
un tout petit enfant marchant seul devant son père

Je n’entends rien
la radio à longueur de temps
la musique parfois

Mes voix sont intérieures
lointaines
conjuguées au passé
voix aimées
pas oubliées
des vivants et des morts
que je vois dans l’absence

Je ne parle qu’en compagnie
abondamment ou pas du tout
cela dépend de l’assistance

Je pense

Beaucoup
Je pense comme j’aime
Sans fin

Monique MARTA, 2 novembre 2014

MOI (2)

Donc je pense

à toi

à toi encore

à Fabien, maman, mes frères et sœur
mes amies
Jo, Nicole, Francine, Fabienne, Catherine, Eléonore, Marie-France, Hélène…
Patrick, Arnaud, Marc, Philippe, Bruno, Jean-Baptiste…
papa (qui n’est plus là mais dont tant je sens  la présence)
tous ceux qui nous ont quittés
que j’ai aimés
parents et amis

Je pense
à ces coupeurs de têtes
aux drones qui survolent nos centrales nucléaires
et dont on semble si peu se soucier
à ma retraite qui sera si petite
au cancer du poumon (oui, je fume)
à quelque solécisme
aux poètes
à l’écriture
- Oui écrire enfin quelque chose de beau –

Je pense à nous
Italie et Savoie
tous nos partages

Je pense à l’école
tel enfant si émouvant
à sa façon de toujours vouloir m’embrasser
poser des questions
respectant si difficilement les règles

Je pense à toi

Pourquoi ?
Il y a des choses que je ne comprends toujours pas

Je pense à la vieillesse
Tout doucement
tous nous en approchons

Je pense à F. qui enfin est amoureux
au travail qui manque

à tous ces livres que je dois lire
aux Chrétiens d’Irak
à ces églises chez nous désertées
au courage
à ceux qui ont peur

Je pense aux runes au tarot
Sainte Rita veillez sur nous

Je pense à la folie
à ceux que l’on assassine
aux mères qui savent pardonner

Je pense à l’inspectrice
aux notes qui humilient

J’ai faim

Je vais manger des noix
Quelques grains de raisin

Je pense à toi

Monique Marta, 4 novembre 2014

SUR LE CHEMIN

Sur le chemin des jours futurs
il y aura toujours
deux corps marchant
dans la splendeur
d’un mois d’août en Savoie
ou d’un hiver en Italie
la joie
les voix
se croisant comme chants d’oiseaux
les repas partagés
le sexe qui exulte

Il y aura
et le souvenir
sera triste et doux comme la pluie
toi marchant auprès d’une autre
corps partagés

J’irai seule dans mon chemin de pluie
luisant
tel un soleil

Les neiges de la Roya
seront scintillements d’étoiles
et le chant du torrent
sans cesse
me parlera de nous

Monique MARTA, 11 novembre 2014

UN ESPACE DE SILENCE

Un espace de silence
pour les mots de l’intérieur

Un espace entre chien et loup
où parler à voix basse
sied mieux
aux jours d’absence

Un temps à la Schumann
quand la folie n’est pas lointaine

Le temps du cœur
qui se blesse
aux mots de l’intérieur
entre chien et loup
quand l’heure
est au silence

Monique Marta, 11 novembre 2014

NE MEURS PAS !

Ne meurs pas :
j’ai lavé la cuisine ce matin et elle est déjà sale
il vient de me pousser un onzième doigt ne meurs pas !
J’ai appris à manger la boue et le silence et je n’aime plus la musique et la musique ne m’aime pas il y a un manège dans la cour ne meurs pas ! il y a des chevaux de bois dans ma mémoire malade.
Ne meurs pas ! ne meurs pas le téléphone ne fonctionne pas encore dans le caveau de famille et les morts de toute façon s’y croisent les bras ne meurs pas ! tu as oublié de fermer le gaz ta vie va encore déborder et tu vas me suicider une nouvelle fois ne meurs pas ! je n’en peux plus de t’aimer.
Je suis fatigué ne meurs pas car tu t’appelles Gaïa ma terre et c’est en toi que je renais j’ai acheté le journal ils en parlent ils disent que j’ai raison de t’aimer ne meurs pas ! ce n’est pas annoncé ce n’est pas en première page et je n’ai pas fini de t’aimer. J’ai réservé une table au Restaurant des Morts-Debout on y mange à l’envers sa propre vie en racines par les deux bouts je te le dis ne meurs pas il faut encore que je t’écrive et je n’ai pas commencé c’est tout juste si j’ai appris à t’aimer.
Ne meurs pas sans toi la solitude n’est pas solitude et je me vouvoie hors de moi dès que tu n’es pas là dis : ne meurs pas. Dis ne meurs pas quand même puisque je t’aime jusqu’à la fin de moi.

Roland NADAUS, in « Je ne tutoie que Dieu et ma femme », 1992,
avec l’aimable autorisation de Jacques Brémond, son éditeur.

Bas-relief à la Méduse, ...

Bas-relief à la Méduse
dans la crypte d’une île-volcan

Que nous dis-tu
des monstruosités mythologiques

‒Dont tu savais déjà
l’homme capable‒ ?

***

Dans la BD des pierres
seules les paroles ont disparu

Nul phylactère
nulle bulle

Et cependant le Grand Récit
s’écrit
‒et nous parle‒

***

Expurger
ses fantômes

Descendre
en montant vers soi

‒comme un flux de lave
dans le ventre de la Terre‒

***

Froide
la roche brûle encore
‒ de sa mémoire de lave‒

La Femme
est une roche d’avant
‒ et d’après‒

Dans ses cavernes secrètes
le feu froid brûle encore
‒ de porter ardente  naissance‒

***

La pierre
qui lave

La lave
qui pierre

La pierre ponce
l’amour-ronces

Le Grand Poucet
des petits cailloux

L’amour debout
et à genoux

Dans la fureur tranquille
de l’infinie tendresse

‒des pierres pétrifiées‒

***

La Porte
du Dedans

est aussi

la Porte
du Dehors

Marginal(e)
tu n’émarges

à aucun clan

‒Tu admires
seulement‒

***

Les mamelles de la Terre
sont encore brûlantes

La Grande Louve
nous donne encore son lait

Assieds-toi et contemple
l’autel sacré de ses seins

***

Les pierres molles ont durci
comme les montres
molles de Dali

Le Temps fait mine de s’arrêter
mais Il les mine aussi
‒du dedans‒

Qui sait vraiment
la longue souffrance des pierres
et la mystique des cailloux

‒Qui sait?‒

***

Maintenant j’en suis sûr :
c’est de

que je viens

C’est de lave
que tu viens mon amour
c’est de lave
toi aussi

La Terre est vieille
la Terre est jeune
et son ventre
est rempli de ferveur

Dans les cavernes de l’Amour
même les serpents morts
se redressent
et crachent leur feu  de dragons

Dans les grottes flétries
renaissent les plus belles
 peintures rupestres

 Car c’est de l’intérieur de la Terre
qu’on photographie le mieux
le Vivant

***

Pour Marion et Raphaël

Tu es fille
de toi-même
ma fille
durcie dans la pierre de vie
dans cette « pierre-qui-vire »
‒Vers l’Humanité tout entière‒

Tu es fils
de toi-même
mon fils
comme les pierres
‒Sont filles de Dieu‒

***

Une île
surgie du feu de Dieu

Une grotte
comme un poumon de l’Esprit

Une pierre
qui transpire encore le Mystère

Rien n’est mort
à qui espère

‒et garde haut son cœur‒

***

Roland NADAUS, décembre 2014

Poèmes

Ciel pourpre

                    à toutes les mères,

Sur le ponton de pierres,
tes larges pas,

ton œil fixant,
par delà l'océan,
l'horizon...

Entends-tu l'eau qui sème
sa lente présence
au fond de toi,

comme une mère
apprend la patience

pour que son enfant
trouve de lui-même
le fil rouge
de sa vie.

*

Tout apprendre

Tout apprendre,
désapprendre,
réapprendre…

mais la partition
du sourire
ne se trouve
dans aucun livre.

*
                    à Francis Krembel,

Le monde
aurait-il tellement
besoin de poèmes ?

N’aurait-il
pas besoin d’hommes
heureux ?

Les collines d’ocre
et d’or
dilatent le regard

et nos yeux plongeraient
par-delà les regrets
et les morts,

à l’heure des vergers
en fleurs,

vers ce qui dure
dans l’azur
de nos cœurs…



Bernard PERROY

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

Patrick Devaux | Réponse 18.01.2015 18.11

Keva Apostolova et sa traductrice du Bulgare en Français, Anélia Véléva (que j'ai la chance de bien connaitre!) font mouche dans la vérité émotionnelle...

Devaux Patrick | Réponse 18.01.2015 18.04

les dites "petites proses" de C Cailleau sont de grands moments ...de littérature; d'humanité aussi...

Devaux Patrick | Réponse 18.01.2015 18.00

beau texte que ce moi 2 de Monique tellement "ressemblant"

Patrick Devaux | Réponse 29.12.2014 23.48

tout à fait en accord avec aussi les commentaires de Mistophorie

mistophorie | Réponse 26.12.2014 18.05

coucou Monique
j'aime beaucoup les poèmes de cette page.
Très chaleureux, énigmatiques, amoureux, voyageurs...humains....
Mistophorie

Mjo | Réponse 14.11.2014 23.32

Moi 'matérialiste', étrangère à la poésie parce qu'incapable de m'exprimer en mots, j'admire vos écrits. Respect. Mais que de souffrance derrière ces mots!

Helissen | Réponse 17.10.2014 19.29

Merci, Monique, pour cette publication.
Pour celles et ceux qui désireraient acquérir un exemplaire, me contacter :
alain.helissen@live.fr

Voir tous les commentaires

Commentaires

15.04 | 22:35

Revue toujours au top; nombre d'auteurs croissant; chaque numéro amène de nouveaux talents, de nouvelles trouvailles et...quelques belles illustrations!

...
15.04 | 17:48

Les poètes, on le lit bien, sont bien au courant des instants de lumière qui parfois flirtent avec l'ombre; il en va ainsi de toute la vie...

...
13.04 | 15:38

Merci Monique, ce sont les danseurs en cours d'études professionnelles au Centre de formation en danse Off Jazz, qui ont donné leur passion et talent au public

...
10.03 | 10:33

c'est beau, c'est très beau. Oh que j'aime cette aspiration à la lumière !

...
Vous aimez cette page